A Frustration, nous avons été agréablement surpris par les initiatives du Monde ou du Point d’ouvrir leurs colonnes à des écrivaines bourgeoises afin qu’elles racontent comment elles vivaient leur “confinement”. A notre sens, il apparaît que c’est là un genre littéraire nouveau qui s’ouvre, et nous souhaitons être de la partie : les petits fours de Saint-Germain-des-Près sont à tout le monde non ? En plus, c’est important de donner la parole à la bourgeoisie durant l’épidémie, elle qui est si absente de nos médias en temps normal ! Nous avons donc décidé d’ouvrir nos colonnes à plusieurs bourgeois confinés. Dans le précédent épisode, Prudence-Capucine et Louis-Charles voyaient leur arrivée sur l’Île de Ré gachée par le droit de retrait des salariés de Louis-Charles. Prudence-Capucine ignorait alors qu’elle s’apprêtait à faire une expérience des plus déroutantes lors de son “Jour 2” :

Il est 10h et je regarde une vidéo de Muriel Pénicaud appelant les salariés à reprendre le travail. Une mouette tourne au-dessus de notre refuge de confinement, insensible aux aléas du monde. Elle se pose à côté de la piscine, sur un transat. Un cri déchirant se fait entendre : Tubéreuse sort de l’eau et court se réfugier dans la pool house.

« Enfin ma chérie ce n’est rien, c’est une mouette ! ». Enguerrand émet un rire narquois, le nez plongé dans une biographie de Steve Jobs. Le front large, le nez droit et les pommettes roses, Enguerrand est le portrait craché de son père. Il porte avec un charme naturel un polo Ralph Lauren gris, qui me rappelle l’espace d’un instant l’horizon chargé de nuage qui se profile dans nos vies, avec ce satané confinement qui ne fait que commencer.

Je me replonge dans ma tablette, et fait défiler négligemment les derniers potins de mon fil Facebook. Tiens, Marie-Capucine et son mari sont à Noirmoutier : quelle drôle d’idée de destination de confinement ! Hubert et Anne-Sophie sont au Cap-Ferret, Anne-Sophie a publié un article dénonçant l’emprise des réseaux sociaux sur nos vies – elle a bien raison ! – Églantine-Pervenche et Charles-Eudes sont sur la côte d’Azur : tellement nouveaux riches ! Je tombe sur une publication de mon professeur particulier de yoga, la photo d’une fleur de lotus : « le confinement, n’est-ce pas l’occasion de renouer avec le goût de la simplicité ? », commente-t-il. Je me laisse aller à la rêverie un instant, le regard au loin, bien au-delà des cimes des pins qui se meuvent mollement au rythme du vent marin. Retrouver la simplicité… quelle bonne idée !

« Tubéreuse, habille-toi : nous allons au supermarché ! »

Une heure plus tard, nous remplissons prestement un caddie, les mains enveloppées dans de repoussants gant en latex. Boudeuse, Tubéreuse affiche une moue consternée devant la queue qui s’étend devant nous. :

« Regarde-moi tous ces gens qui consomment : ça me dégoûte »

A 17 ans, Tubéreuse est résolument de gauche : sensible à l’écologie, à l’Europe et aux pétitions, elle est parfois sans concession. Lorsque l’an dernier elle s’est mise à vouloir voter Raphaël Glucksmann, nous avons eu des mots. Aujourd’hui pourtant, je ne peux que l’approuver : le spectacle de tous ces beaufs aux caddies remplis de bouteilles de soda et de jambon blanc premier prix me révulse. Le nôtre est tout aussi rempli mais… tellement plus distingué. Papaye, mangues, sel d’Himayala, saumon d’Ecosse et fromage aux truffes : ce n’est pas grand-chose mais vu le niveau des rayons, nous avons fait ce que nous avons pu pour constituer un petit stock sain et éco-responsable.

 J’ai l’impression de voir ma vie défiler le temps que nous arrivions à la caisse. Les courses, quel sacerdoce ! Vu ma pression au travail et mon niveau de responsabilité, je comprends mieux pourquoi je délègue cette laborieuse mission à Christina depuis la naissance des enfants. Elle est restée à Paris garder l’appartement : j’espère qu’elle saura se tenir cette fois-ci. La caissière fait passer nos articles, concentrée, à peine un bonjour. Ses gants en latex semblent troués, une sacrée négligence de sa part : pour elle – et surtout pour les autres ! Elle finit par me sourire au moment du paiement. Son nom est écrit sur un badge porté sur sa tenue informe : « Kimberly »… Franchement, appeler son enfant comme ça, il faut quand même le faire !!

« Tubéreuse, tu viens ? »